ChatGPT n’est pas Google

La semaine dernière j’ai fait mon premier salon des marchands à vie. J’ai pu rencontrer beaucoup de personnes curieuses et intéressées par l’intelligence artificielle et ChatGPT.

Lors de mes échanges, j’ai noté que beaucoup de gens utilisaient ChatGPT pour une raison similaire : remplacer Google.

Malheureusement, ChatGPT n’est pas le bon outil pour ça.

Pourquoi ?

ChatGPT est imprécis

À cause de sa façon de répondre, ChatGPT donne l’impression d’aller chercher des informations et de les résumer par la suite. Ce n’est pas ça du tout.

En fait, ChatGPT prend les informations d’une requête, fait des calculs mathématiques sur les mots et les phrases et transforme le tout en une série de nombres. Et ce sont ces valeurs qui sont utilisées pour déterminer quel genre de réponse produire.

ChatGPT ne va pas tirer les informations dans une base de connaissances pour ensuite les reproduire. Il prend le résultat des calculs mathématiques qui ont été effectués sur la requête qu’on lui envoie et selon des calculs de statistiques de probabilité il détermine quelle serait la meilleure réponse.

Lorsque ChatGPT reçoit une requête, il crée une réponse. Il ne va pas chercher une réponse. Il la crée de toutes pièces. C’est la raison pour laquelle on peut lui poser deux ou trois fois la même question et il donnera deux ou trois réponses différentes les unes des autres.

ChatGPT est imprécis et c’est voulu comme ça.

Ce n’est pas ce que Google fait. Google parcourt l’information sur le Web et indexe les différentes pages dans une grosse base de données. Lorsqu’on pose une question, il essaie de retrouver la réponse dans cette base de données.

C’est pour cette raison que le concept de mots-clés est si important sur le Web et pour les moteurs de recherche. Parce que sans mots-clés, Google n’est pas capable de comprendre facilement de quoi parle une page.

ChatGPT, lui, a déjà lu le contenu de la page, l’a interprété de manière mathématique, et utilise ces informations lorsqu’il bâtit une réponse.

ChatGPT n’est pas à jour

Une très grande proportion des gens qui sont venus visiter mon kiosque au salon des marchands utilisaient la version gratuite de ChatGPT. Non seulement cette version manque-t-elle de beaucoup des fonctionnalités de la version payante, mais en plus elle est extrêmement en retard.

À mes yeux, le fait de ne pas être tout à fait à jour n’est pas nécessairement un problème. Sauf que la majorité des gens ne comprend pas comment l’outil fonctionne et pense que c’est un remplacement « parfait » pour Google. Ce n’est pas le cas — loin de là.

La version gratuite de ChatGPT contient des données qui datent de septembre 2021 selon OpenAI. C’est donc dire que si tu as besoin de réponses plus récentes, tu ne les auras pas.

La version payante a accès au Web donc peut faire des recherches pour trouver les informations. Mais ses connaissances internes s’arrêtent à décembre 2023.

Lorsqu’on combine une incompréhension du fonctionnement technique de ChatGPT avec le fait que les données ne sont pas à jour, c’est une recette qui peut mener à la catastrophe.

ChatGPT n’a pas été conçu pour ça

Je crois que même les personnes à OpenAI doivent avoir été surprises lorsqu’elles ont réalisé que beaucoup de gens utilisaient ChatGPT pour remplacer les moteurs de recherche. Ce n’est pas un outil qui a été conçu pour ça. Mais il fonctionne tellement bien que ça procure un faux sentiment de sécurité à celles et ceux qui ne comprennent pas bien son fonctionnement.

Et ça conduit à des résultats … inattendus.

Une des histoires les plus célèbres de faux pas avec ChatGPT est celle de l’avocat qui s’est fait révoquer du barreau parce qu’il avait utilisé ChatGPT pour faire de la « recherche » dans le cadre d’un procès. ChatGPT a complètement inventé les réponses et l’avocat les a utilisées sans faire des vérifications au préalable. Les avocats de l’équipe adverse ont vite réalisé que toutes les « preuves » présentées étaient fausses.

Plus récemment, une personne assez connue, mais dont on n’a pas publié le nom, a intenté une poursuite contre OpenAI à partir de l’Europe. L’homme s’est basé sur les règles du Règlement général pour la protection des données qui dit qu’on a le droit de demander d’effacer ses données personnelles sur le site ou l’information est incorrecte.

Il a demandé à ChatGPT de lui donner des informations sur lui et ChatGPT a donné la mauvaise date de naissance. La personne a alors demandé qu’on corrige l’information dans ChatGPT ou qu’on les enlève dans la base de données.

Mais comme mentionné ci-haut, ces données n’existent pas sous la forme d’une base de données qu’on peut effacer. Et comme les règles européennes disent qu’on a le droit de poursuivre une compagnie qui ne veut pas retirer des données erronées, il a lancé la poursuite.

Maintenant, est-ce que c’est une poursuite réelle ou est-ce que c’est une poursuite pour voir jusqu’où la loi peut exiger qu’un outil d’intelligence artificielle donne tout le temps une réponse exacte ? C’est la question que les tribunaux devront trancher.

Alors par quoi peut-on remplacer Google ?

Il y a de plus en plus d’outils qui permettent de remplacer Google. Les moteurs de recherche modernes tentent de combiner la recherche typique de Google avec des résumés générés par l’intelligence artificielle. Le but est de pouvoir réduire le nombre de pages qu’un internaute doit visiter pour avoir une réponse complète à sa question. De plus, les outils essaient de s’assurer que les réponses sont exactes au lieu de les créer de toutes pièces.

Voici quelques outils de recherche qui font ce travail :

  • Perplexity
  • You
  • Copilot (qui combine la recherche avec une version gratuite de ChatGPT qui est similaire à la version payante de ChatGPT)
  • Phind

Oui, il y a des tas d’outils IA disponibles et ChatGPT est sans aucun doute le plus connu. Mais dans certains cas, des outils spécialisés (même gratuits) font mieux.

C’est le cas pour la recherche.

Table des matières
Blogue

Autres articles sur l'intelligence artificielle

Nouvelles, découvertes, trucs pour utiliser les outils d’intelligence artificielle générative.